Accreditation / Agréments

Notre Vision : Un engagement continu en faveur de la Qualité

La volonté de MicroPolluants Technologie S.A. est de s’engager en permanence en faveur de la satisfaction de ses clients et de fournir un service à forte valeur ajoutée.
Pour répondre à ses exigences, le laboratoire a mis en place un système de management de la qualité suivant la norme NF EN ISO /CEI 17025.

Cette démarche est étroitement liée à l’accréditation COFRAC.

Comité français d’accréditation

« Accréditation COFRAC 1-1151 (Portée disponible sur le site www.cofrac.fr) », en savoir plus

Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes

  • Agrément pour analyse et essais de dioxines et PCB type dioxines demandés par les laboratoires de la DGCCRF / Agrément A10.

Ministère de l’Ecologie et du Développement durable Français

  • Agrément pour certaines analyses à l’émission dans l’atmosphère.
  • Agrément 3b : analyses de la concentration en mercure.
  • Agrément 4b : analyses de la concentration en HCl.
  • Agrément 5b : analyses de la concentration en HF.
  • Agrément 6b : analyses de la concentration en métaux lourds hors mercure.
  • Agrément 8 : analyses de la concentration en dioxines et furanes.
  • Agrément 9b : analyses de la concentration en HAP.
  • Agrément 10b : analyses de la concentration en SO2.
  • Agrément 16b : analyses de la concentration en NH3

Ministère de la Santé, de la Jeunesse et des Sports

  • Agrément pour la réalisation des prélèvements et/ou des analyses du contrôle sanitaire des eaux destinées à la consommation humaine, à l’exclusion des eaux minérales naturelles.

Agréments de la Région Wallonne

  • Arrêté ministériel portant agrégation d’un laboratoire chargé des prélèvements, analyses, essais et recherches dans le cadre de la lutte contre la pollution atmosphérique

Réseau RIPA

Notre organisme est membre du RIPA (Réseau des Intervenants en situation Post-Accidentelle).

Une circulaire interministérielle a été adressée le 20 février 2012 aux préfets et aux différents services déconcentrés de l’Etat afin d’améliorer la gestion des impacts environnementaux et sanitaires des accidents technologiques hors phase d’urgence.
Dans le cadre de cette circulaire, le ministère de l'Ecologie, du Développement durable et de l’Energie a souhaité la création d’un réseau d’intervenants en situation post-accidentelle (RIPA) pour améliorer la gestion en situation post-accidentelle.

L’intégration au réseau RIPA est réservée :

  • aux organismes accrédités par le COFRAC selon la norme NF EN ISO/CEI 17025 pour le prélèvement (et éventuellement l’analyse), d’au moins une matrice environnementale (air, sols, déchets, eau) ;
  • aux organismes accrédités par le COFRAC selon la norme NF EN ISO/CEI 17025 pour l’analyse des dioxines/furanes (PCDD/F) et PCB dioxin-like (PCB-DL) dans au moins une matrice environnementale ;
  • aux organismes certifiés « prestataires de services sites et sols pollués » selon la norme NF X 31-620 pour les études, l’assistance et le contrôle ou l’ingénierie des travaux de réhabilitation ;
  • aux Associations Agréées de Surveillance de la Qualité de l’Air (AASQA).

Depuis le 1er septembre 2013, le RIPA est constitué d’une trentaine d’organismes représentant une soixantaine de sites. L’ensemble du territoire national, ainsi que les DROM-COM, sont couverts par les intervenants du réseau.

Source : www.ineris.fr